fbpx
samedi 25 mai 2019

  Entomologie

TRI INSECTES

Campagne de tri des insectes dans la réserve naturelle nationale de la plaine des Maures

Par Eric Gabiot

 

Depuis quelques années, la RNN des Maures s’est lancée dans une campagne d’inventaire des insectes issus de piégeage.

Les pièges sont des « tentes malaises » installées dans des endroits et à des époques différentes dans la RNN afin de capturer un plus grand nombre d’espèces d’insectes.

Les récoltes se font donc en cours d’année et le tri à des fins d’identification a lieu en hiver.

C’est donc à la demande du directeur scientifique de la RNN que nous nous rendons à la maison de la nature des Mayons afin de trier ces insectes récoltés dans une fiole remplie d’alcool.

Chaque fiole représente le contenu du piégeage d’une tente à une période bien précise de l’année.

tri insectes 1

Le contenu de cette fiole est rependu dans un bac ou un premier tri est effectué.

Les insectes sont ensuite répartis par ordre dans des bacs différents. Identifiés à vue ou en les plaçant sous une binoculaire en cas de doute

tri insectes 2

tri insectes 3

 

Chaque spécialiste procède ensuite à quelques identifications plus spécifiques des espèces en les plaçant sous binoculaire et en s’aidant de clés de déterminations et de livres bien détaillés.

tri insectes 4

 

Les insectes ainsi triés sont envoyés pour complément d’identification vers des spécialistes nationaux et les résultats viennent grossir la liste entomofaune de la plaine des maures et celle des taxons nationaux.

tri final

Grottes de La moutonne et de Tourris

En hiver alors que les insectes sont en diapause et se font rares, nous aimons  prospecter dans quelques grottes de la région afin d’y trouver des insectes cavernicoles.

Nous étions donc 4 armés de nos lampes frontales. Nos prospections nous ont donc menées en janvier 2019 dans la grotte des fées à la Moutonne ainsi que dans les dédales des mines de sable de Tourris à la valette du var.

Trou des fées

L'orifice s'ouvre au fond d'une cuvette de 4x6m, à 300m au Sud- Est du hameau de la Moutonne, sur le flanc de la colline boisée qui domine ce hameau.

 

trou1

Cette grotte avait été découverte et définie par la SSNATV et a fait l’objet d’une note publiée dans les annales de la société en 1955 (bulletin SSNATV N°87 de juillet 1955 p6)

Nous avons donc visité cette grotte, tout du moins la partie accessible afin d’y rechercher d’éventuels insectes cavernicoles.

L’accès se fait par un petit trou qu’il faut passer à quatre pattes avant d’entrer sur une grande cavité de quelques dizaines de mètres cubes.

IMG 5831

 

DSC 0020

La chaleur interne de la grotte nous à fortement marqué comparée à la température extérieure laissant de la buée sur nos lunettes.

L’intérieur nous à paru extrêmement sec pour un mois d’hiver

Quelques insectes (assez peu) sont apparus à la lumière de nos lampes frontales

Un petit grillon, assez classique Gryllomorpha dalmatina.

Quelques araignées cavernicole : Amaurobius erberi et Meta bourneti

amorobius erberiMeta bourneti

 

Les papillons de nuit cavernicoles ont été très rares. Seule  une espèce a été aperçue  Alucita grammodactyla

alucita grammo

  

Grotte de Tourris

C’est au pied de la carrière et après une marche de trente minutes le long de la départementale, que nous avons visité une des grottes de Tourris, qui serait en fait une ancienne mine de sable ayant servi à alimenter une verrerie située sur le bord de la route dans les années 1830.

Mine et verrerie décrites dans les annales de la SSNATV de 1930-31 (page 51) par Joseph Auzende  dans son « guide du botaniste aux environs de Toulon »

Cette grotte de sablon est  très profonde et faite de nombreuses cavités aux plafonds très hauts et parois friables.

DSC 0027

L’endroit reste très sec et peu favorable à une colonisation d’insectes cavernicoles. Cependant malgré cette rareté, nous y avons quand même trouvé plusieurs insectes.  

Quelques araignées cavernicoles : Tegenaria parietina, Metellina merianae

tegenaria parietina

metellina merianae

Dans cette grotte nous avons pu observer un peu plus de papillons de nuit que dans la précédente, cependant ils étaient tous de la même espèce

 

Rheumaptera cervinalis (scopoli 1763)

P1300014

Le manque de pluie, et le sol sec ne permetr pas aux insectes de prospecter convenablement dans ces endroits.

Nous chercherons à prospecter dans d'autres cavernes/grottes d'ici l'arrivée du printemps et de tous les autres insectes.

DSC 0025

 

 

Compte rendu entomologie année 2017

Activités de la section entomologie année 2017 

Eric Gabiot 

Introduction

Nous avons effectué 18 sorties printanières et 8 sorties automnales au sein de la société. La saison entomologie printanière débute en général fin mars et se termine à l’été. En automne, elle débute début septembre pour s’achever fin octobre. Cette année les mauvaises conditions météorologiques du premier trimestre n’ont pas permis à tous les insectes de sortir de la diapause en début mars.

Après de nombreux jours de pluie, la flore semblait bien développée mais l’entomofaune paraissait être au ralenti. Il a fallu attendre les dernières semaines d’avril voire le mois de mai pour voir abonder les insectes.

Peu de personnes ont été disponibles pour effectuer les sorties, en moyennes nous étions 5 ou 6 à prospecter sur le terrain. Malgré cela nous avons relevé tout de même plus de 2000 taxons dont plus de 700 spécimens différents. La liste de l’ensemble des taxons sera diffusée ci dessous. Les résultats suivants n’évoquent donc que les taxons d’intérêt national.

 

Journée « Tomares ballus » REPORTEE AU 13

Dans le cadre de l'édition de l'Atlas de la biodiversité communale, le Conservatoire d’espaces naturels de Provence-Alpes-Côte d’Azur organise une journée consacrée à la recherche du papillon Tomares Ballus.

Le 13 avril 2019.

Rendez-vous à 9h30 à la Roquebrussanne sur le parking le long de la D5 (en face de la station-service) :

Les objectifs de la journée
- Retrouver Tomares ballus sur la commune de la Celle, où l’espèce n’a plus été vue depuis 1972 ;

- Rechercher l’espèce à la Roquebrussanne, où l’espèce n’a pas été observée alors qu’il existe des milieux a priori favorables ;

- Recenser les insectes printaniers en contexte agricole

- Rechercher le Morio (Nymphalis antiopa), papillon de jour en régression en Provence.

ballus

Nous envisageons de prospecter par équipe pour couvrir l'ensemble des plaines agricoles et restanques sur les deux communes.

Nous nous retrouverons pour le pique-nique avant de poursuivre les recherches.

Et bien sûr, nous en profiterons pour noter toute espèce ce qui sera identifiable, participant ainsi à l'Atlas de la Biodiversité Communale qui est lancé en 2019 sur ce territoire.

Tomarres ballus 12

Prospections entomologiques à la maison de la nature des quatre frères

Introduction

Depuis deux ans la SSNATV prospecte régulièrement sur le domaine de la maison de la nature des quatre frères situé au Beausset.

En 2016, le but était de déterminer les espèces d’insectes sur ce site et de faire un premier inventaire. Compte tenu d’une riche biodiversité ainsi que de la découverte d’un papillon classé dans la liste rouge des papillons de France nous avons décidé de poursuivre nos investigations à plusieurs reprises courant 2016 et 2017.

Matériel et méthode

Les relevés ont été faits à l’aide de filets pour les insectes volants, parapluie et aspirateur à bouche pour les coléoptères, filet fauchoir pour les arachnides et hémiptères. Seuls les insectes difficilement identifiables in situ ont été prélevés pour identification à la binoculaire et déterminations avec les clés appropriées.

Résultats                                                                                                            

Les résultats obtenus correspondent aux relevés effectués à une date bien précise et ne reflètent en aucun cas la biodiversité totale du site.

Afin de cerner au mieux l’entomofaune il a été décidé de prospecter au printemps et en automne.

Deux visites ont été faites en 2016 (20 avril et 28 septembre).

Trois en 2017 (11 avril, 28 juin et 27 septembre).

Ce sont plus de 160 espèces d’insectes qui ont été observées en 2016 et 231 en 2017.

Nombre de taxons global et d’espèces différentes observés :

 

Lépidoptères

Hyménoptères

Hémiptères

Arachnides

Odonates

Coléoptères

Autres

2016

56

26

10

18

1

46

3

2017

73

49

19

75

1

12

2

Dont Espèces différentes

53

60

19

54

1

49

5

 

Par manque de spécialiste, les Orthoptères et Diptères n’ont pas été étudiés.

Si certaines espèces n’amènent aucune remarque spécifique, d’autres ont attiré notre attention et sont décrites dans le chapitre ci-dessous.

Cas particuliers

 

Lépidoptères

Nous avons relevé 53 espèces de papillons vivant sur le domaine

Jason

De nombreuses plantations d’arbousiers ont favorisé la présence du Jason Charaxes jasius (Linnaeus, 1767). Ce papillon endémique du pourtour méditerranéen se rencontre en grand nombre sur l’ensemble du domaine.

Tomares Ballus

Ce petit papillon Tomares ballus (Fabricius, 1787) endémique du sud de la France est inscrit sur la liste rouge des papillons de France. Il est considéré comme vulnérable avec un risque relativement élevé de disparition et tend à se faire rare.

En avril 2016 un site d’évolution de ce papillon à été relevé au nord ouest du domaine de la maison de la nature dans une prairie découverte. Une dizaine d’individus ont été observés.

En 2017 ce site à de nouveau été confirmé. De plus une seconde zone d’évolution a été découverte le 11 avril 2017 située au sud est du domaine. Huit  individus ont pu être relevés.

Ce qui tend à confirmer que la biodiversité du site est favorable à son expansion.

 

Hipparchia

A l’automne 2016 a été observé un papillon du genre Hipparchia. Il appartient à l’une des deux espèces H. genava et H. alcyone. Elles sont si proches que leur séparation est de nouveau à l’étude. Un exemplaire a aussi été découvert à l’automne 2017. Il conviendrait donc de poursuivre les prospections sur ce domaine afin de valider l’existence d’une population établie.

 

Hyménoptères

Trachusa interrupta (Fabricius, 1781)

Inscrit sur la liste rouge européenne, cet hyménoptère est considéré en danger avec un risque élevé de disparition. Il s’agit d’une abeille solitaire creusant son nid dans le sol, les cellules sont tapissées de feuilles collées entre elles avec de la résine de pin. Il a été capturé au nord du domaine au niveau de la première restanque

 

Il faut noter que malgré la présence de ruches et le grand nombre d’abeilles « domestiques » (Apis mellifera) aucun frelon asiatique (Vespa velutina) n’a été observé durant ces sorties. Alors que cet hyménoptère très invasif colonise de plus en plus les secteurs ou se trouvent des ruches, ici il n’est pas encore présent.

Conclusion

L’entomofaune des Quatre Frères se montre toujours plus intéressante à chacune de nos visites. La richesse du lieu tient à la diversité de ses biotopes et à leur entretien réfléchi. Un suivi plus régulier devrait confirmer voire amplifier cette richesse.